Retour aux Histoires Gravel

La plus incroyable des courses pendant la plus étrange des périodes. Plongée au coeur de la GBDuro avec Josh Ibbett.

20 août 2020

2020 a été une année vraiment bizarre pour tout le monde. Certains événements ont été annulés, d'autres ont dû être adaptés. La GBDuro n’a pas échappé à la règle, et l’édition 2020 pourrait être encore plus folle que les derniers mois que nous avons vécus.

Lorsque la pandémie de Covid-19 a débarqué en février 2020, personne ne pouvait imaginer ce qui allait se passer les mois suivants. Les divers épisodes de confinement ont perturbé les projets de tout le monde et créé une situation incertaine pour l’ensemble du monde du vélo. À quel moment les magasins pourraient-ils ouvrir à nouveau ? À quel moment les compétitions allaient-elles reprendre, que ce soit au niveau professionnel ou pour les amateurs ? À quel moment allions-nous pouvoir rouler à l'extérieur, et pendant combien de temps ?

Pour les cyclistes alternatifs comme Josh Ibbett, cela aurait même pu signifier encore plus de contraintes. Avec les fortes limitations de déplacements imposées par les gouvernements pour lutter contre la propagation du virus, ils ont été privés de la seule chose qui les fait se sentir vivants : le frisson de l'aventure.

La Dirty Reiver ? Annulée. Le Tour Divide ? Annulé. La Dirty Kanza? Annulée.

Chacun a dû s'adapter rapidement pour essayer de retrouver un nouveau sens de la normalité. Le point fort de la nature humaine est peut-être son adaptabilité, et c’est exactement ce que tout le monde a fait. Tout le monde s’est adapté. Les sédentaires ont commencé à faire du vélo, les cyclistes réguliers ont trouvé de nouveaux sentiers inexplorés juste tout proches de leur domicile et les organisateurs de courses ont trouvé des moyens d'aménager des épreuves en respectant la distanciation sociale.

En 2020 devait se dérouler deuxième édition de la GBDuro, avec un parcours en bikepacking et en autonomie de 2000 km entre la pointe sud de l’Angleterre et la pointe nord de l’Écosse. En essayant de réduire le nombre de contacts sociaux potentiels pendant l’épreuve, les organisateurs ont fait passer la course de l’autonomie à l’autosuffisance, ce qui en fait le défi ultime compatible avec la COVID-19. 

Josh Ibbett Chart

Crédit photo : GBDuro

Ce changement de règlement signifiait que tous les participants devaient transporter tout leur équipement, du départ à l’arrivée, y compris tout le nécessaire pour se nourrir et se ravitailler. Cela signifiait également que les coureurs devaient gérer eux-mêmes le temps passé en selle et leur sommeil.

Ayant déjà participé à la plupart des plus grandes courses de bikepacking au monde au cours de ces dernières années, Josh Ibbett, vainqueur de la Transcontinentale en 2015, a résolument relevé le défi de rouler avec un vélo de 30 kg sur les routes de son pays d'origine.

Ce qui s'est passé ensuite est une histoire purement épique.

Josh Ibbett with his Bicycle

Crédit photo : Ryan Le Garrec

Parce qu'une image vaut tous les mots, et qu’un film vaut toutes les images, nous vous invitons à regarder la vidéo suivante et à vous lancer dans cette folle aventure avec Josh.

play